ICMigrations
Institut Convergences Migrations

Nos partenaires

Nom tutelle 3 Nom tutelle 3 Nom tutelle 2 Nom tutelle 3 Nom tutelle 3 Nom tutelle 3 Nom tutelle 3 Nom tutelle 3 Nom tutelle 3

Rechercher




Accueil > Science et société > Travailler avec les acteurs locaux

Travailler avec les acteurs locaux

Si l’ambition de l’Institut Convergences Migrations est de couvrir tous les continents des migrations, il souhaite, dans une perspective d’articulation « science et société », s’inscrire dans son territoire d’accueil : le Campus Condorcet et le nord-est parisien.

À deux pas de la Petite Prusse (Pantin/Aubervilliers) et de la Petite Espagne (Aubervilliers/Saint-Denis), à proximité de l’Hôpital franco-musulman aujourd’hui Avicenne (Bobigny), au contact du plus important marché de gros de prêt-à-porter européen regroupant près de 200 showrooms tenus par des immigrés d’origine chinoise, au contact encore des arrondissements populaires de la capitale traditionnellement accueillants et intégrants Polonais, Arméniens, Maghrébins, Africains de l’Ouest, Vietnamiens, Chinois… L’Institut des Migrations est au cœur d’une dynamique territoriale fortement marquée par les migrations nationales ou internationales. Le recensement de 2014 compte 29 % d’immigrés en Seine-Saint-Denis et 20% à Paris. Plus de la moitié de la population séquano-dyonisienne est immigrée ou descendante d’immigrés.

Au quotidien, dans un triangle « aéroport de Roissy - gare du Nord – gare de l’Est », les politiques publiques, les associations, les acteurs du territoire sont au front des nouvelles problématiques liées au contexte migratoire international et aux réglementations en vigueur : gestion des campements de populations originaires de la corne de l’Afrique ou du Moyen-Orient, accueil des demandeurs d’asile, accueil des mineurs isolés, mobilisation sur les parcours d’intégration…

L’arrivée du Grand Paris Express et la perspective des JOP 2024 sont des horizons dynamisant avec tous les enjeux sociaux de fortes mutations urbaines en cours et à venir.

Il y a donc là un potentiel énorme de questionnements, d’expérimentations, d’envies auquel l’Institut souhaite apporter sa contribution. Dans une dynamique de sciences participatives et de citoyenneté à l’œuvre, des modalités de relations équitables entre chercheurs et acteurs du territoire sont à constituer.

Comment faire ? Transformer la rencontre de l’expression des habitants du territoire et celle des chercheurs en projets de recherche. Repérer les projets de recherche pouvant donner lieu à contribution, collaboration, coopération… Croiser et partager les points de vue au fil de visites exploratoires du patrimoine des migrations.

Les champs sont nombreux : culture, société, économie, patrimoine, démographie, santé, éducation, urbanisme, inclusion sociale… et intègrent les thématiques des différents départements de l’Institut des Migrations.

Un Conseil citoyen, constitué en espace d’échanges, regroupera chercheurs et acteurs du territoire et définira des axes de travail pouvant se décliner en appels à projets de recherche.
Cet ensemble est à construire.